Les motos et scooters électriques autorisés à circuler sur les voies de bus

Les motos et scooters électriques autorisés à circuler sur les voies de bus

Discrètement publié au Journal Officiel, le Décret 2020-1412 autorise des désormais les motos, scooters et quadricycles électriques à emprunter les voies réservées aux bus et aux taxis. Un bel avantage dont la mise en place doit toutefois être validée par les autorités locales.   
 
Depuis quelques jours, les motos et scooters électriques sont officiellement autorisés à emprunter les voies réservées aux bus et aux taxis. Une nouvelle disposition qui résulte d’un nouveau Décret. Publié le 20 novembre dernier au Journal Officiel, celui-ci intègre les deux et trois roues électriques ainsi que les quadricycles électriques parmi la liste des véhicules à très faibles émissions. Un changement de catégorie qui permet à ces engins de bénéficier des mêmes avantages accordés aux voitures et utilitaires électriques, autorisés à emprunter les voies réservées aux bus et aux taxis.
 
Pour pouvoir emprunter les voies de bus, les propriétaires de deux-roues électriques devront se munir de la vignette Crit’Air pour justifier du statut « zéro émission » de leurs véhicules.
 

A l’appréciation des collectivités concernées

Si le Code de la Route autorise les véhicules à très faibles émissions à utiliser les voies de bus, chaque collectivité pourra choisir d’autoriser, ou non, la pratique. Tout dépendra sans doute de l’impact de l’arrivée de ces nouveaux engins sur la circulation des bus et des taxis. A Oslo, où le dispositif est en place depuis plusieurs années pour les voitures électriques, la montée en puissance du parc a fini par causer des embouteillages. Idem à Genève où le système a été brièvement testé avant d’être abandonné en raison des excès de vitesses observés chez les motocyclistes mais aussi car il ralentissait le trafic des bus.  
 
A Paris, le spécialiste de l’autopartage électrique Cityscoot fait partie des principaux défenseurs de la mesure et a même publié une étude dédiée au sujet. Réalisée en début d'année par le cabinet 6t, celle-ci avait estimé que la mesure « n'aurait pas d'impact significatif sur la circulation des bus à Paris » à partir du moment où elle ne concernait que les deux-roues électriques.
 
 

Ajouter un commentaire

je souhaite recevoir une notification si d'autres personnes répondent à ce post

A lire également