Scooter électrique : Eccity détaille ses projets et ses ambitions pour 2020

Scooter électrique : Eccity détaille ses projets et ses ambitions pour 2020

Président d’Eccity Motocycles, Christophe Cornillon revient avec eBike Generation sur ses objectifs 2020 et confirme l’arrivée d’un premier scooter électrique à batteries amovibles.
 

Un objectif de 250 scooters en 2020

« En 2019, on a fait une centaine de scooters sur le marché européen, dont 80 % en France » chiffre Christophe Cornillon. « Pour 2020, on souhaite passer à 250 » poursuit-il.
 
Représentant aujourd’hui 60 % des ventes du constructeur, les collectivités restent le premier levier de croissance d’Eccity Motocycles qui a multiplié les solutions pour répondre à tout type d’usage. « On sait customiser les véhicules. Nous avons même une offre Citydog (aspirateur à déchets canins ndlr) réalisée en partenariat avec une société française leader sur le marché européen ». En France, l’offre d’Eccity a déjà séduit la métropole de Nice, Paris, Aix-en-Provence et différentes villes installées en banlieue parisienne. « En règle générale, les collectivités commencent par acheter un ou deux exemplaires et augmentent progressivement une fois qu’elles sont satisfaites »
 
Pour les particuliers et les entreprises, c’est surtout sur sa solution de locative que mise le constructeur. Mise en place en partenariat avec la Caisse des Dépôts, celle-ci permet de proposer l’équivalent 125 de la marque à 150 € par mois. Une offre qui comprend l’assurance tout risque et la révision. « C’est hyper-attractif et exceptionnel sur le marché » souligne notre interlocuteur.
 
Pour le responsable d’Eccity, la réussite de cet objectif 2020 tient également au développement de son réseau commercial. « Dans l’idéal, on aimerait se structurer avec différents commerciaux sur une offre plus régionale. Pour la vente aux particuliers et aux entreprises, nous aimerions ouvrir un espace de ventes à Paris. Nous sommes en levée de fonds pour financer ces déploiements » détaille notre interviewé. Sur la partie SAV, le constructeur dispose déjà de plusieurs partenariats nationaux, notamment avec le réseau Dafy.

Montée en puissance du Model 3

Premier scooter électrique à trois roues du constructeur, l’Eccity Model 3 a entamé ses livraisons depuis fin 2019. Il devrait représenter une soixantaine de ventes en 2020.
 
« On fonctionne actuellement par petites séries de 10 à 15 modèles. Nous ferons monter cette industrialisation progressivement en cours d’année ».  Animé par deux moteurs électriques, l’Eccity Model 3 se décline aujourd’hui en deux versions : un deux places pour un usage grand public et un monoplace, plus orienté vers les professionnels, avec un grand plateau à l’arrière qui peut embarquer jusqu’à 100 kilos.
 
Là aussi, la solution leasing est proposée avec des tarifs plutôt intéressants. Comptez 800 euros d’apport puis 200 € par mois.


 

Premier scooter à batteries amovibles

Cherchant à suivre la tendance, Eccity entend également lancer cette année un premier scooter à batteries amovibles.
 
« Le scooter est au point. L’homologation est en cours et il sera commercialisé en milieu d’année » détaille notre interviewé. « Nous avons sélectionné un fabricant français qui a mis au point un système très intéressant puisqu’on pourra accueillir jusqu’à 4 batteries dans le véhicule. L’approche sera finalement assez modulaire avec une autonomie de l’ordre de 25 kilomètres par batterie » poursuit-il. Décliné en versions 50 et 125, ce nouveau modèle restera basé sur le même châssis que le reste de la gamme.
 
Quant au tarif, la marque compte rester sur un positionnement premium. « Nous serons plus cher qu’un équivalent chinois mais avec une conception française et une meilleure qualité. Nous ferons les annonces de tarifs prochainement » nous explique Christophe Cornillon.
 

Des réflexions sur l’hydrogène

De façon plus prospective, Eccity a également engagé ses premières réflexions sur l’hydrogène. « Il s’agit dans un premier temps de concevoir un prototype pour comprendre et apprendre sur cette technologie » détaille notre interviewé.
 
« Pour nous le premier gain serait l’autonomie par rapport à la solution électrique à batteries. Aujourd’hui, on cherche un client, une entreprise ou une collectivité, qui a envie de monter une première flotte et qui va nous accompagner dans la spécification du véhicule » poursuit-il. « Cela peut aller très vite car les différentes briques technologiques sont là. Il y a maintenant un travail d’intégration et de dimensionnement. Nous pourrions être prêts entre fin 2020 et début 2021 ».
 

Ajouter un commentaire

je souhaite recevoir une notification si d'autres personnes répondent à ce post

A lire également