Le vélo électrique est en train de remplacer la voiture

Le vélo électrique est en train de remplacer la voiture

Une nouvelle étude sur les habitudes comportementales des propriétaires de vélo à assistance électrique a révélé qu’ils utilisent de moins en moins leur voiture.
 
Les chercheurs de l’Institut de l’Economie des Transports d’Oslo en Norvège ont intitulé cette étude « Les personnes qui achètent des vélos électriques roulent-elles davantage ? ». En consultant les carnets de voyage de 954 participants, ils ont découvert que les utilisateurs de vélos électriques effectuent en moyenne des trajets 340% plus longs que les cyclistes « mécaniques », et qu’ils prennent plus souvent leur vélo : les cyclistes parcourent en moyenne 1,6 km, alors que les e-bikers traversent une moyenne journalière de 8 km. Il faut également noter qu’en Norvège, les taux de cyclisme ne sont pas aussi élevés que dans les régions voisines de l'Europe, donc les effets pourraient être plus marqués là où la culture du vélo et du vélo électrique est plus développée.
 

Le vélo électrique phagocyte les trajets en voiture ou à pied

L’étude norvégienne montre que les personnes qui ont un vélo électrique l’utilisent pour 49 % de leurs déplacements, contre 17 % lorsqu’ils possédaient un vélo classique. Cela signifie que le VAE prend non seulement la place des voitures, mais aussi des trajets effectués à pied ou en transports en commun.
 
Et ce n’est pas seulement un effet de nouveauté. Les chercheurs ont constaté qu’avec le temps, les utilisateurs roulent de plus en plus : « Les preuves de nos données vont à l'encontre d'un effet de nouveauté pour les utilisateurs à court terme. Elles confirment plutôt des résultats antérieurs indiquant que les gens ont tendance à passer par un processus d'apprentissage au cours duquel ils découvrent de nouvelles raisons de voyager pour savoir où utiliser le vélo électrique », indique le document.
 

L'adoption du vélo électrique, un enjeu politique

« Le fait que les résultats observés soient les mêmes lorsqu'on les compare avec un échantillon plus large et plus représentatif de la population pourrait avoir des implications directes sur le calcul des avantages socio-économiques de la promotion des vélos électriques », ont écrit les auteurs de la recherche, en spéculant que le potentiel du vélo à assistance électrique à changer les modèles de transport pourrait être exponentiel avec une promotion adéquate de la part des décideurs politiques.

2 commentaires

  1. Avatar
    Dehousse 21/09/2020 à 11:11

    6000km/an en VAE pliant, contre 1970km en vieille Twingo. Je vendrai ma voiture le jour où les VAE seront équipés de limiteurs de vitesse pour tantôt rouler à 25 sur les pistes, tantôt à 45 sur les routes. Il faudra changer cette classification imbécile qui range les Pedelec dans les cyclomoteurs : tant qu’on doit pédaler, cela reste un vélo assisté et non un engin automoteur. Les utilisateurs de VAE sont des adultes et non des enfants. Ils sont très capables de limiter leur vitesse. Peut-être faut-il plus informer et créer des formations aux bons usages pour les néo-cyclistes plutôt que de faire des lois peureuses .

  2. Avatar
    Patrick Tonnelier 21/09/2020 à 14:06

    Entièrement d’accord à 100%.
    Surtout que les automobilistes eux ne sont pas soumis à ce type de réglementation.stigmatisante.
    En adulte responsable l’automobiliste respecte et adapte la vitesse selon l’environnement, même si sa voiture lui permet de rouler à 130 sur autoroute puis 80/90 sur route puis 50 en ville puis 30 en zone 30 et même 20 en zone de rencontre
    Le cyclo/motocycliste doit avoir la possibilité de rouler à 45km/h sur route ( préférable pour la sécurité) et rouler en ville à 30 comme tout le monde sur la chaussée, (Voitures comprises) laissant libre par la même occasion les pistes cyclables au vélo

Ajouter un commentaire

je souhaite recevoir une notification si d'autres personnes répondent à ce post

A lire également