Vélo électrique : comment ça marche ?

Vélo électrique : comment ça marche ?

Le vélo électrique fonctionne comme un hybride associant force humaine et motorisation électrique permettant à l'usager de pédaler à moindre efforts. De la législation entourant le vélo électrique à ses différents composants, nous vous expliquons son fonctionnement en détails.  

Un cadre légal bien défini

En France, le vélo électrique est encadré par une législation stricte. Sa puissance nominale ne doit pas excéder les 250 watts et la vitesse d'assistance ne doit pas dépasser 25 km/h. En outre, la loi impose que l’assistance soit conditionnée au pédalage de l’utilisateur. Seule exception : les dispositifs d’aide au démarrage proposés par certains modèles qui permettent d’accompagner le lancement du vélo sur les premiers mètres mais avec une vitesse qui ne doit pas dépasser 6 km/h.

Des conditions "sine qua none" pour que le vélo électrique reste assimilé en tant que VAE aux yeux de la loi française. Au-delà, c’est la législation propre aux cyclomoteurs qui s’appliquent avec de nombreuses contraintes à clé : l’obligation du port du casque et l’assurance obligatoire.

La philosophie : un concept associant force humaine et électrique

Rappel important : un vélo électrique est un dispositif d’assistance au pédalage qui vient compléter la force humaine, l’intensité de l’énergie électrique délivrée étant à la fois fonction du type de vélo électrique choisi et du mode de conduite utilisé. En général, trois à quatre modes sont proposés pour permettre à l’utilisateur de moduler la puissance de l’assistance en fonction de ses besoins.

En pratique, certains modèles fonctionnent en capteur de force, c’est-à-dire que l’intensité de l’assistance sera fonction de la pression exercée sur la pédale. A l’inverse, d’autres modèles utilisent un capteur de rotation, l’utilisation du pédalier (même en moulinant à vide) étant le seul critère pour délivrer l’assistance.

Le moteur électrique : la force invisible qui vous pousse

C'est la petite force invisible qui vous "pousse" pour un pédalage sans ou à moindre effort. Situé dans la roue avant ou arrière ou au niveau du pédalier pour les modèles plus haut de gamme, le moteur électrique fournit l'assistance dont vous avez besoin.

Pour les modèles milieux et haut de gamme, le moteur est dans la plupart des cas intégré dans le pédalier où des équipementiers comme Bosch, Shimano et Panasonic font office de références. Pour les modèles d'entrée de gamme, on le retrouve davantage implanté dans la roue avant ou arrière. Certains modèles proposent également des moteurs déportés, fonctionnant par exemple par galet. Ils sont néanmoins beaucoup plus rares.

La batterie pour emmagasiner l’énergie

C'est elle qui fait office de réservoir et qui stocke les électrons servant à alimenter le moteur. Généralement intégrée dans ou sur le cadre ou placée sous le porte-bagage, la batterie est dans la plupart des cas amovible pour être rechargée facilement chez soi ou au bureau.

Plus sa capacité, généralement exprimée en WattHeure (Wh), augmente, meilleure sera l'autonomie constatée.

Le chargeur pour récupérer les électrons

Rarement embarqué à bord du vélo, le chargeur permet d'alimenter la batterie via une prise secteur. Selon la capacité de la batterie, comptez en général 3 à 5 heures pour une recharge complète.

Le contrôleur pour gérer le tout

C'est en quelque sorte le "cerveau" de votre vélo électrique. C'est lui qui va réguler la vitesse, stoppant automatiquement le moteur dès lors que sont atteint les 25 km/h autorisés par la loi, partager les informations liées à l'autonomie restante ou moduler l’intensité de l'assistance selon le mode de conduite choisi.

Il est généralement lié à un boitier situé sur le guidon permettant à l'utilisateur de consulter facilement les informations et de régler les différents niveaux d'assistance.

La partie cycle tout aussi importante

Système de freinage, suspensions, pneumatiques, dérailleur, selle... il serait dommage de se concentrer uniquement sur les caractéristiques électriques sans tenir compte de tous les composants liés à la partie cycle. Tout aussi importants, ils pourront faire énormément varier le confort et les sensations de conduite.

Ajouter un commentaire

je souhaite recevoir une notification si d'autres personnes répondent à ce post